Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Témoignage de Rachel

Témoignage de Rachel

Découvrez le témoignage de Rachel:

Bonjour Je m’appelle Rachel, j’ai bientôt 23 ans. Diplômé de l’académie des gouvernantes, je suis intéressé par la collectivé et souhaite devenir éducatrice de jeune enfants.

Quel métier exercez-vous? Combien d’année d’expériences avez vous?

Je suis actuellement Auxiliaire Petite Enfance (APE) en crèche depuis 1 an. En septembre, je serai Educatrice de Jeunes Enfants apprentie dans cette même crèche en alternance avec  l’école l’Horizon.

Pourquoi le choix de ce métier ? Pourquoi avoir choisi de travailler avec des enfants?

C’est un long parcours, qui commence dans ma propre enfance. Petite, je m’occupais beaucoup de mes petites sœurs lorsque mes parents étaient absents. J’ai développé un sens créatif, de l’autonomie très tôt et une expérience “de terrain” très vite !
A l’adolescence, j’ai commencé à me trouver des baby-sittings pour me gérer financièrement sans dépendre de ma famille. Paradoxalement, je n’ai jamais eu l’impression de travailler ou de “corvée”, c’était toujours un plaisir d’établir une relation avec les enfants et leurs parents.

Après le bac et une année de remplissage en fac de philosophie, je pars en fac de psychologie, ce qui m’intéressait vraiment. Je me découvre une passion pour les cours de développement humain (et une horreur des cours de statistiques).
Une année sabbatique plus tard, j’ouvre les yeux sur ce que j’aime et sait faire. A l’époque, j’avais honte de partir en petite enfance, à cause d’une dévalorisation de certains métiers, puis j’ai pris mon courage à deux mais et ait passé mon CAP Petite Enfance.
Je n’ai jamais été aussi épanouie qu’aujourd’hui.

Qu’est ce que vous aimez le plus dans votre métier?

Sa richesse et sa diversité. Etant une grande lectrice et dotée d’une curiosité naturelle, je me confronte à une pléthore de thèmes. Quand on travaille avec les enfants, on est très polyvalent : nutrition, psychomotricité, médicale, relationnel / social, musicologie, création, apprentissage, moral, coordination, partenariat, parentalité, droits… Tout !

Quel est votre parcours personnel pour accéder à ce métier? Quels sont vos diplômes?

Je suis diplômée d’un bac L, du CAP Petite Enfance, d’un diplôme privé de Gouvernante d’Enfants, d’un diplôme de premiers secours et dans 3 ans, si tout se passe bien, du diplôme d’Etat d’Educateur de Jeunes Enfants et d’une Licence de Sciences de l’Éducation.

Définissez votre poste

Je travaille donc en tant qu’APE (CDI 35H) dans une crèche collective à gestion privée. Il y a 38 enfants dans trois sections différentes, avec trois équipes composées d’une EJE (éducatrice jeunes enfants), deux CAP et une APE (à peu près, car nous accueillons aussi beaucoup de stagiaires), avec une directrice Puéricultrice et une femme de ménage / cuisinière.

Nous avons également différents intervenants comme un médecin de crèche, une psychologue, la PMI, précédemment un psychométricien, et même un partenariat autour du livre avec des intervenants venant faire la lecture aux enfants.
La structure est  situés à Châtillon et travaillons en lien avec les autres crèches du groupe sur le secteur (exemple : malle à musique que nous partageons)

Mes missions sont d’accueillir le jeune enfant et sa famille, veiller à son bon développement, sa sécurité affective, maintenir son intégrité physique, favoriser son éveil… Sur le terrain cela se traduit par des activités ciblées et réfléchies, des réflexions sur les jeux à disposition, un aménagement des espaces…
Nous avons décidé en début d’année de nous lancer également dans un projet d’âge mélangé, ma section accueille par exemple des enfants entre 7mois et 2ans (début d’année)

Décrivez une journée type

Nous avons un planning tournant donc nous ne travaillons pas de 7h45 à 19h mais une journée type s’articule ainsi :

  • 7h45 mise en place des sections (mise en place des jeux, vérifier les stocks dans la salle de bain, aller chercher le linge, préparer les lits, préparer les jeux…)
  • 8h ouverture de la crèche, les premiers enfants arrivent : transmissions des parents vers nous à noter (chez nous un classeur) pour les prochains pros qui arrivent
  • 8h – 10h activités diverses, proposition des pros ou itinérance ludique
  • 10h regroupement : chansons, discussions, se dire “bonjour”, musique
  •  10h30 changes + rangement avec les enfants
  •  11h repas
  •  12h-12h30 sieste (les lits sont à disposition des enfants, certains vont se coucher tout de suite après le repas, d’autres préfèrent prendre un livre ou jouer un peu, en général vers 12h15 tout le monde est au lit)
  •  12h45 -14h45 pauses tournantes des pros
  • 14h – 15h réveils + changes + habillage
  • 15h goûter
  •  16h – 18h activités diverses de nouveau
  •  17h – 19h arrivée des parents (qui peuvent être plus tôt mais sont généralement dans ces horaires)
  •  18h rangement
  •  18h30 changement de section, rassemblement des enfants restants
  •  19h fermeture de la crèche

Bien sûr, rien n’est écrit dans la pierre. Des changes peuvent être décalés, des siestes non faites, un repas en retard… De même pour les activités qui n’ont rien d’obligatoire, c’est avant tout les enfants qui décident.

Quels sont les objectifs de votre travail ?

Accueillir les enfants et leurs parents, éveiller, mettre en place des activités, réfléchir aux propositions de jeux et aux espaces, mettre en place des projets autour de thématiques, maintenir l’intégrité physique des enfants, leur apporter une sécurité affective, aider à faire seul.

Quelles sont les compétences nécessaires ? les qualités requises ?

Je pense qu’il est important de bien se former, on ne travaille pas en Petite Enfance parce qu’on est soi-même parent ou que l’on a fait beaucoup de baby-sittings voire parce que l’on “aime les enfants”. Les métiers de la Petite Enfance demande beaucoup de ressources et un apprentissage méthodologique. On ne fait pas en crèche comme à la maison !

Les qualités peuvent varier selon le métier exercé auprès du jeune enfant, mais je dirais que pour le mien, il faut être patient, savoir prendre du recul, bienveillant et curieux.

Quelle est la part d’initiative dans votre métier ?

J’ai la chance d’être assez libre dans mon travail. Je m’entends très bien avec mon équipe et ma directrice. Nous regardons dans la même direction, et nous avons une grande marge de manoeuvre. Il faut bien sûr que les propositions soient pertinentes et faites dans l’intérêt des enfants, mais chaque idée est discutée et mise en place de la meilleure manière possible.

Quelles sont les contraintes liés à votre métier ? Les avantages ?

J’imagine que comme pour tous les établissements d’accueil du jeune enfant nous sommes sous la contrainte budgétaire et les impératifs liés aux horaires.
Travailler avec des jeunes enfants peut être difficile, certaines situations nous touche personnellement et parfois il faut savoir admettre avoir besoin d’aide ou donner le relais.

Au niveau des avantages, c’est un métier très enrichissant et chacun y verra ses avantages, alors je dirais seulement que, personnellement, je m’y épanouis pleinement.

Etes-vous amené à vous déplacer, à voyager pour votre travail ?

Pas vraiment, je suis affectée à une crèche et n’en bouge pas.
Cependant, il est possible que l’on me demande de me déplacer sur une autre crèche du groupe et du secteur pour un remplacement urgent.

Avez-vous exercé d’autres métiers avant ? Lesquelles ?

Oui, j’ai été journaliste vendeuse, serveuse, baby-sitter… Mais c’était toujours des boulots alimentaires pendant mes études.

Quel est votre meilleur moment, souvenir ?

Un petit garçon de mon groupe de référence qui avait un léger retard psychomoteur, avait été assis trop tôt et ne savait pas se retourner ventre/dos ou dos/ventre à presque 1 an. Je m’entendais très bien avec la maman et voyait la peine de cette maman face aux maladies à répétition, le retard, le regard des gens, tous les professionnels à consulter en permanence… A la crèche, j’essayais de stimuler cet enfant, de faire des exercices de motricité, lisait beaucoup, demandais des conseils…

Et un jour, le miracle ! Je me souviens avoir sauté de joie et je me souviendrais toujours du sourire de l’enfant lors de sa réussite. Le soir même, il a recommencé devant sa maman qui a pleuré de joie et m’a émue aux larmes également.
C’était vraiment un beau moment, magique.

Une spécialité? ( jeunes enfants, handicap, condition, environnement,…)

Je n’ai pas eu l’occasion de me spécialiser pendant le cours CAP mais j’espère aller plus loin sur quasiment tous les champs avec le DEEJE (diplôme d’état d’éducateur de jeunes enfants).

Quelle est votre source d’inspiration ?

Je ne m’étais jamais posé la question, mais je puise beaucoup dans mon enfance avec mes soeurs. Sinon, je suis sur plusieurs groupes sur facebook, lis beaucoup, discute avec des collègues… C’est cet environnement qui m’inspire et me pousse.

Ce métier nécessite de se former continuellement ?

Oui et non, disons que l’on peut exercer sans se former continuellement, mais qu’il est plus intéressant de se tenir informer des découvertes scientifiques, de se mettre à jour sur les techniques de premiers secours, s’informer de ce qu’il se fait à l’étranger et même dans la crèche d’à côté, ect…

Est-il facile de trouver un emploi dans ce domaine ? Pourquoi ?

Il est assez simple de trouver une place en tant qu’APE car il y a beaucoup de demandes, la population augmente et les besoins de garde aussi.

Peut-on évoluer vers d’autres métiers ? Quels sont ils ?

Bien sûr ! Comme dit précédemment, je vais me former au métier d’EJE. Par contre, il faut disposer d’un bac ou d’un diplôme d’auxiliaire de puériculture et de quelques années d’expérience.
Le CAP PE en lui même ne permet pas d’entrer partout, mais en découvrant la crèche, vous découvrirez d’autres métiers qui pourraient vous intéresser et vous renvoyer sur les bancs de l’école !

Quels conseils donneriez vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

De se lancer, de ne pas écouter les gens qui voudraient les dissuader et de croire en eux. De rester curieux et ouvert, d’apprendre à se connaître.

Comment imaginez-vous votre métier dans 10ans ?

L’avantage certain de devenir EJE sont les possibilités d’évolution, dans 10ans, j’aimerai m’orienter vers la direction d’un établissement d’accueil de jeunes enfants.

Quel serait l’aspect le plus surprenant, le plus méconnu du grand public ?

L’aspect le plus surprenant de mon métier est la possibilité des champs d’action, je veux dire qu’en crèche on est APE mais aussi… peintre, musicien, bricoleur, professeur, assistant social, chanteur, couturière, sportif… !

Vous verriez vous enseigner votre métier ?

Je pourrai effectivement m’imaginer enseigner mon métier.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :