Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Témoignage de Stéphanie

Témoignage de Stephanie

Découvrez le témoignage de Stépanie:

Je m’appelle Stéphanie, j’habite en région parisienne. J’ai toujours aimée et étais intéressée par le domaine de la petite enfance, c’est pour cela que j’ai naturellement orientée mon choix professionnel vers ce secteur.

Qu’est ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Ce que j’aime le plus dans ce métier est que nous pouvons réellement œuvrer pour la favorisation du développement global de l’enfant de manière individuel.

Contrairement à une structure collective où il est plus difficile de suivre un enfant en particulier.

Le respect de son rythme et de sa personnalité (entre autres) est de plus, possible en tant que gouvernante d’enfant. Ce qui est pour ma part une notion importante et une pédagogie que je tends à avoir.

C’est gratifiant d’avoir un rôle important dans le développement d’un petit être dont les premières années sont assez déterminantes pour son futur.

Définissez votre poste:

Je suis gouvernante d’enfants. Je travaille auprès d’une famille de deux enfants de 1 ans et 4ans.

Quels sont les objectifs de votre travail ?

L’objectif principal de mon travail est de bien évidemment outre les missions de bases telles que le bien-être via la sécurité affective et les soins à l’enfants.

Favoriser leurs développements psychomoteur, sensoriel, intellectuel et de favoriser à l’autonomie:

  • en observant tout d’abord
  • en sachant analyser
  • puis en mettant en place des activités adéquates pour l’enfant.

Mais il n’y a pas que cet aspect, il n’y a pas que l’accompagnement en concordance avec les parents, de l’éducation de l’esprit et du corps, il y a aussi celle du cœur.

Quelles sont les compétences nécessaires ? les qualités requises ?

Les compétences requises selon moi sont:

  •  Détenir une formation dans le domaine et se former tout au long de notre parcours.
  • Être soucieux tout d’abord et en premier lieu du bien-être de l’enfant.
  • Sérieux, patient, bienveillant, fiable, prudent, savoir se remettre en question etc.

Quelle est la part d’initiative dans votre métier?

Ma part d’initiative se fait dans toutes les activités que je mets en place pour les enfants. Parfois également au niveau alimentaire et de la vie quotidienne (après discussion avec les parents) si cela me semble nécessaire.

Quelles sont les contraintes liés à votre métier ?

Le fait de ne pas être entouré par une équipe contrairement à un travail en crèche par exemple. Cependant, il y a toujours la possibilité si besoin de trouver des réponses ou du soutien dans les lieux faits pour.

Quels sont vos diplômes ?

J’ai un diplôme d’Auxiliaire de l’Enfance (obtenu en Belgique), le DAEU A (équivalent au bac L), un CAP Petite-Enfance et je suis actuellement en licence de psychologie.

Quel est votre meilleur moment, souvenir ?

L’un de mes meilleurs souvenirs est lorsque j’ai dû m’occuper d’un enfant porteur d’handicap d’environ deux ans, dû à une méningite contractée dès tout petit.

Cet enfant était isolé par la puéricultrice qui s’en occupée, il était constamment dans un parc sans la possibilité de se mouvoir pleinement. On lui parlait peu et on ne lui prêtait que peu d’attention. Il avait un grand retard moteur, ne sachant encore ni marcher ni parler.

Quand j’ai constaté tout cela, j’ai bien évidemment agis d’une tout autre manière, ne réduisant pas l’enfant à son handicap. La première étape a été d’établir une relation de confiance, de beaucoup lui parler, de lui sourire, d’être bienveillant dans mes gestes et mon approche… De lui proposer des activités susceptibles d’être aimé par lui et de lui être bénéfique.

Après quelque semaine ainsi, il s’est ouvert et a fait des progrès incroyables. Et le plus moment a été lorsqu’il a fait ses premiers pas.

Quelle est votre source d’inspiration ?

Je suis très inspirer au quotidien par: Françoise Dolto, Maria Montessori, Isabelle Filliozat…

Ce métier nécessite de se former continuellement ?

Oui, oui et oui ! Mais dans le mot ” former ” je sous-entends plus le fait de se tenir au courant des avancées dans le domaine, d’être curieux et de lire régulièrement sur l’éducation, les différentes pédagogies et la psychologie de l’enfant.

Est-il facile de trouver un emploi dans ce domaine? Pourquoi ?

Oui, il y a toujours beaucoup de demandes.

Peut-on évoluer vers d’autres métiers ? Quels sont ils ?

Oui, mais cela nécessite des formations à entreprendre. Les métiers liés à l’enfant sont divers : Eje, auxiliaire de puériculture etc.

Quels conseils donneriez vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?

C’est un métier passionnant et non un sous-métier comme certains peuvent prétendre. Notre rôle est important et c’est pour cela qu’il ne faut pas le prendre à la légère. 🙂

Comment imaginez vous votre métier dans 10ans ?

J’espère personnellement devenir psychologue pour enfants.

Quel serait l’aspect le plus surprenant, le plus méconnu du grand public

Cela fait du bien à un cœur d’adulte, d’être auprès de cœurs encore innocents…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :